Sacrifice à la déesse Cybèle

Autel

Datation :
L'an 160

Matière :
calcaire dur (bas relief , gravure )

Dimensions :
Exterieures : l. 0,62m ; E. 0,64m ; H. 1,37m

Date et lieu de découverte :
Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon / Lyon 5e / Fourvière (1704)
Découvert en 1704 à Lyon, "sur le versant oriental de la colline de Fourvière, dans la vigne d'un sieur Bourgeat [...] derrière les ruines du théâtre antique qui se voient chez les Dames de la Compassion". (Allmer, Dissard) Il s'agit en fait des vestiges du petit théâtre (odéon).

N° inventaire :
AD005

Inscription :
invocation
\ntraduction : Taurobole de la grande Mère des dieux idaéenne, fait par son ordre pour la conservation de l'empereur César Titus Aelius Hadrianus Antonin Auguste le Pieux, père de la patrie et pour le conservation de ses enfants et le maintien de la colonie de Lyon. Lucius Aemilius Carpus, sévir augustal et dendrophore a reçu et rapporté du Vatican les vires des victimes et consacré à ses frais cet autel et le bucrâne. Le prêtre officiant a été Quintus Sammius Secubdus, décoré par les quindecemvirs du collier et de la couronne et gratifié par décret du sanctissime Ordre lyonnais de la perpétuité du sacerdoce. Sous le consulat d'Appius Annius Atilius Bradua et de Titus Clodius Vibirius Varus. L'emplacement a été donné par décret des décurions. Le mesonyctium a été donné le cinq des Ides de décembre.

Traduction Allmer et Dissard
.

Bibliographie :
Musée de Lyon. Inscriptions antiques - Allmer, Auguste - Musée des beaux-arts - Lyon Corpus Inscriptionum Latinarum [CIL] - Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum latinae. 13 - Hirschfeld, Otto Nouvelles recherches à l'emplacement du prétendu sanctuaire lyonnais de Cybèle - premiers résultats - Desbat, Armand - ISSN : 0016-4119 Nouvel Espérandieu - Recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule - Darblade-Audoin, Maria-Pia - Lavagne, Henri

Fiche technique ARK

Imprimer la notice

Description

L’inscription commémore un sacrifice (taurobole) offert à la déesse Cybèle, «la Grande mère de tous les dieux», «pour la conservation de l’empereur (…) et le maintien de la colonie de Lyon». L’empereur mentionné est Antonin le Pieux, tandis que la référence aux deux consuls de Rome, qui était le moyen le plus courant de dater un événement, indique l’année 160. Outre l’inscription, figurent sur l’autel les animaux qui étaient sacrifiés au cours de la cérémonie, un taureau et un bélier, ainsi que l’instrument du taurobole, une sorte de glaive muni d’un crochet. On sait, grâce aux écrits des chrétiens qui condamnaient ces pratiques, que les adorateurs de la déesse étaient aspergés du sang des animaux sacrifiés.
Six autels tauroboliques ont été découverts à Lyon ; tous portant des traces de remploi, sauf celui-ci. Comme il avait été découvert au sommet de la colline de Fourvière, à proximité du théâtre, on a considéré que les vestiges du monument mis au jour dès 1943, au-dessus du théâtre, étaient ceux d’un temple de la déesse Cybèle. La provenance de l’autel n’est cependant pas établie avec précision. En outre, la reprise des fouilles, dans les années 1990, a montré que cet édifice était en fait bien plus ancien (il date des années 15) ce qui a remis en cause cette interprétation.

Description scientifique

Autel décoré de trois bas-reliefs :
- face principale : tête de taureau
- face latérale gauche : tête de bélier
- face latérale droite : instrument du sacrifice, glaive à crochet (harpée) représenté vertical