Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

Atlas topographique de Lugdunum. Volume I: Lyon-Fourvière

Type de document :
Ouvrage de référence

Auteur(s) :
Lenoble, Michel

Édition :
Dijon - 2018, Société archéologique de l'Est de la France

Collection(s) :
Revue archéologique de l'Est. Supplément - 47

Description :
1 vol. (580 p.) - ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. - 43 cm

Domaine(s) :
ARCHÉOLOGIE, HISTOIRE DE LYON, TRAVAUX PUBLICS, ARCHITECTURE

Mots-clés :
atlas, topographie, historiographe, sources littéraires, épigraphie, matériaux de construction, technique de construction, site archéologique, théâtre (édifice), odéon, thermes, eau, architecture domestique

Époque(s) :
préromain, haut-empire, 3e siècle après JC

Lieu(x) :
Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon / Lyon 5e, Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon / Lyon 5e / Fourvière, Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon / Lyon 5e / Verbe incarné, Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon / Lyon 5e / rue des Farges, Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon / Lyon 5e / Saint-Just / grotte berelle

Note(s) :
Ouvrage édité dans le cadre de l'UMR 6298 ArTeHiS à l'Université de Bourgogne, avec le concours du Ministère de la Culture (Direction générale des Patrimoines, Sous-direction de l'archéologie), de la Ville de Lyon, de Deluermoz Patrimoine, de l'Institut national de recherches archéologiques préentives et de Garom (association des Amis du Musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon)
Bibliogr. p. 557-574. Index

Cote :
HL12/36

Résumé :
L’Atlas topographique de Lugdunum présente les résultats de l’ensemble des fouilles et des découvertes archéologiques, concernant la période antique, du milieu du Ier siècle av. J.-C. jusqu’aux IVe-Ve siècles ap. J.-C., qui ont été réalisées sur le territoire de la ville de Lyon, de l’origine des recherches jusqu’à aujourd’hui. Depuis le début des années 1980, plus de 900 opérations archéologiques toutes périodes confondues, ont été mises en œuvre. Dans leur très grande majorité, elles l’ont été dans le cadre de l’archéologie préventive, préalablement à des travaux publics ou privés. Il est donc essentiel de renouveler l’état des connaissances et de dresser un bilan qui permette de réactualiser l’image de la ville antique et d’orienter les recherches archéologiques à venir selon des problématiques nouvelles. L’Atlas topographique de Lugdunum est organisé en plusieurs parties : la première présente les données de fouilles telles que les fouilleurs et les inventeurs des vestiges les ont interprétées à l’époque des découvertes ; la seconde partie consiste en une réinterprétation de ces résultats à la lumière des connaissances d’aujourd’hui. Cette seconde partie est le fruit de la réflexion collégiale apportée par l’ensemble des chercheurs issus des diverses institutions archéologiques impliquées dans le programme de recherche (Service archéologique de la Ville de Lyon, Université, CNRS, Inrap, Musée gallo-romain, Musée des Beaux-Arts, Ministère de la Culture (DRAC SRA Auvergne-Rhône-Alpes), opérateurs privés agréés, chercheurs bénévoles…). Des textes d’introduction traitent de la ville antique dans sa globalité : histoire des recherches, cadre naturel, épigraphie, sources littéraires, histoire de Lyon de sa fondation à l’arrivée des Burgondes… Des synthèses thématiques font le point sur les principaux apports à la connaissance : trames urbaines et réseaux viaires, architecture domestique, hydraulique, topographie, abandon de la ville haute… Une cartographie au 1/1000, sur le fond cadastral géoréférencé de la Métropole de Lyon, présente l’organisation topographique précise des vestiges par secteurs. Des plans de synthèse au 1/5000 en reprennent la cartographie d’ensemble. C’est la période du milieu du Ier siècle jusqu’au second siècle ap. J.-C qui a été retenue pour la cartographie des vestiges, car elle correspond pour Lugdunum à une phase d’expansion maximale de la ville dotée de l’ensemble de ses équipements publics : amphithéâtre, théâtre, odéon, hippodrome, sanctuaires, thermes… L’emprise de l’aire urbanisée de la cité à cette période représente environ 330 ha. Une abondante iconographie (plus de 950 illustrations) accompagne l’ensemble des textes, sous forme de photographies, de cartographies de détails à différentes échelles. L’Atlas topographique de Lugdunum est organisé en plusieurs volumes. Le premier et présent volume est consacré à Fourvière, la ville haute, cœur de la colonie fondée par Plancus. Le second volume, en préparation, traitera de la ville basse, presqu’île et quartiers fluviaux. L’emprise concernée par le volume I couvre environ une centaine d’hectares et comprend treize feuilles au 1/1000, dont certaines comportent plusieurs états. Sa chronologie va de la fondation de la colonie en 43 av. J.-C. à l’abandon de la colline de Fourvière, vers la fin du IIIe siècle ap. J.-C.

ISBN :
978-2-915544-41-1

Fiche technique ARK

Aller en haut de la page