Lyon, Saint-Georges: archéologie, environnement et histoire d'un espace fluvial en bord de Saône

Type de document :
Monographie

Auteur(s) :
Ayala, Grégoire

Édition :
Éditions de la Maison des sciences de l'homme - Paris - 2013

Collection(s) :
Documents d'archéologie française - 106

Description :
1 vol. (436 p.) - ill., couv. ill. - 30 cm

Domaine(s) :
ARCHÉOLOGIE, TRAVAUX PUBLICS, ARCHITECTURE, VIE QUOTIDIENNE

Saisissez les termes de votre recherche :
fleuve, confluent, romanisation, aménagement de berge, urbanisation, édifice public, habitat, céramique, mobilier archéologique, motif décoratif, statuaire, faune, coquillage, microrestes, mollusque

Époque(s) :
âge du fer, gallo-romain, moyen âge

Lieu(x) :
Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon

Note(s) :
Résumés en français et en anglais
Bibliogr. p. 421-436

Résumé :
À Lyon, en préalable à la construction d'un parc de stationnement souterrain en bordure du quartier Saint-Georges, sur la rive droite de la Saône, une équipe d'archéologues de l’Inrap s’est attachée, entre les années 2002 et 2004, à restituer la nature de l’installation humaine telle qu’elle s’est développée depuis la plus haute Antiquité. Solidement adossée aux recherches antérieures et enrichie par l’apport de plusieurs disciplines complémentaires, la fouille d’archéologie préventive du Parc Saint-Georges, longue et complexe, a fourni l’opportunité de reconstituer l’histoire d’une berge marquée par une topographie naturelle contraignante qui s’est peu à peu émancipée du cours d’eau sans pour autant rompre avec lui. La genèse de la formation de la plaine alluviale lyonnaise trouve sur ce site un témoin clé. Cet emplacement est le lieu, à la fin de la période protohistorique, de la confluence du Rhône et de la Saône primitive, puis du passage du nouveau tracé de la Saône. Le dynamisme du réseau fluvial à Lugdunum et de l’activité portuaire à cet endroit ont été illustrés de façon éclatante par la découverte d’un embarcadère associé à un bac de passage sur la rivière, datés de la fin du ier siècle ap. J.-C., et de cinq chalands de fort tonnage datés des iie et iiie s. Après une période de repli de l’occupation durant le haut Moyen Âge, le secteur est progressivement urbanisé à partir du xiie s. Au centre de la fouille, un emplacement vierge de toute construction préfigure le port Sablet. Au xvie s., ce port fluvial est parfaitement établi dans la trame urbaine du quartier. Sept barques à vivier témoignent du commerce du poisson. De profonds remaniements interviennent dans la seconde moitié du xviie s. afin de créer un port monumental. Une embarcation, peut-être réservée aux transports de lourdes marchandises, est datée du milieu du xviiie s. Jusqu’à ce qu’au milieu du xixe s. la construction du quai Fulchiron prive le secteur de l’accès direct à la rivière, la rive est marquée par les aménagements du port fluvial du quartier et de l’environnement constitué de maisons « pieds dans l’eau ». L’exposition des résultats est précédée par un rappel des circonstances à l’origine du projet de recherche, par la définition du cadre d’étude de cet exceptionnel chantier urbain, ainsi que par l’exposé des solutions adoptées sur le terrain et au cours des phases de travail qui suivirent. Grâce à l’exploitation de l’ensemble des informations portées par le matériel documentaire extrait de la fouille, la consistance des données historiques rassemblées dans cet ouvrage marque une avancée décisive de la recherche archéologique en restituant l’évolution séculaire d’un espace fluvial constitutif de la ville de Lyon.

ISBN :
978-2-7351-1125-1

Fiche technique ARK