Epitaphe d'un verrier originaire de Carthage

Autel

Datation :
Entre 2e siècle et 3e siècle

Matière :
calcaire (gravure , taillé , gravé )

Dimensions LxH :
Exterieures : l. 0,44m ; H. 0,90m

Date et lieu de découverte :
Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon / Lyon 5e / Saint-Irénée (1757)
Découvert en 1757 chez les Génovéfain, monastère sur la colline de Fourvière, en contrebas de l'église Saint-Irénée.

N° inventaire :
AD211

Inscription :
épitaphe
traduction : Aux dieux Mânes et à la mémoire éternelle de Julius Alexsander, africain de naissance, citoyen de Carthage, homme excellent, artiste verrier, mort à l'âge de soixante-quinze ans, cinq mois et treize jours, après quarante-huit ans de mariage en parfait accord avec sa femme, épousée vierge et dont il a eu trois fils et une fille, qui tous lui ont donné des petits-enfants qu'il a vus et laissés survivants. Ont élevé ce tombeau Numonia Bellia sa femme, ses fils Julius Alexsius, Julius Felix, Julius Gallonius, et sa fille Julia Belliosa, et aussi ses petits-fils Julius Au...us, Julius Felix, Julius Alexsander, Julius Gallonius, Julius Leontius, Julius Gallo, Julius Eonius et l'enfant en bas âge Cyrio, et tous l'ont dédié sous l'ascia.

Traduction Allmer et Dissard

Bibliographie :
Corpus Inscriptionum Latinarum [CIL] - Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum latinae. 13 - Hirschfeld, Otto Musée de Lyon. Inscriptions antiques - Allmer, Auguste - Musée des beaux-arts - Lyon Rencontres en Gaule romaine - Savay-Guerraz, Hugues

Fiche technique ARK

Imprimer la notice

Description

Sur cet autel, on peut lire : « Aux dieux Mânes et à la mémoire éternelle de Iulius Alexsander, africain de naissance, citoyen de Carthage, le meilleur des hommes, artisan verrier, qui a vécu 75 ans, 5 mois et 13 jours sans aucun désaccord avec son épouse, qu’il a épousée vierge, avec laquelle il a vécu 48 ans et a engendré trois fils et une fille, qui lui ont donné des petits enfants qu’il a pu voir et a laissé vivants derrière lui ». (suivent les noms de son épouse, de ses enfants et petits-enfants qui ont pris soin d’élever ce monument) (traduction François Bérard).

Iulius Alexsander est un des rares artisans verriers qui soient connus par l’épigraphie dans tout l’Empire romain. Son origine africaine est peut-être en rapport avec sa profession, car l’artisanat du verre était développé en Afrique et spécialement à Carthage. L’insistance sur sa descendance « qu’il a pu voir et qu’il a laissé vivante », rappelle que la mortalité infantile était très fréquente et qu’il était rare qu’une famille nombreuse ne perde pas un enfant en bas âge.