Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

Epitaphe de la femme d'un artisan stucateur

Autel

Datation :
Entre 2e siècle et 3e siècle

Matière :
calcaire dur (taillé , gravé )

Dimensions LxH :
Exterieures : l. 0,42m ; H. 0,75m

Date et lieu de découverte :
Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon / Lyon 5e / Saint-Georges (1815)
découverte dans les fondations de la commanderie de Saint-Georges

N° inventaire :
AD187

Inscription :
épitaphe
traduction : Aux dieux Mânes et à la mémoire éternelle de Blandinia Martiola, jeune femme pleine d'innocence, morte à l'âge dix-huit ans, neuf mois et cinq jours ; Pompeius Catussa, de la cité des Séquanes, artiste stucateur, à son épouse incomparable, remplie de bonté à son égard, qui a vécu avec lui cinq ans, six mois et dix-huit jours, pure de toute souillure, a élevé ce tombeau et aussi pour lui-même et l'a dédié sous l'ascia. Toi qui lis ces lignes, vas au bain d'Apollon, ce qu'avec ma femme j'ai souvent fait et voudrais encore faire si cela était possible .

Traduction Allmer et Dissard

Bibliographie :
Musée de Lyon. Inscriptions antiques - Allmer, Auguste - Musée des beaux-arts - Lyon Corpus Inscriptionum Latinarum [CIL] - Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum latinae. 13 - Hirschfeld, Otto

Fiche technique ARK

Imprimer la notice

Description

Dans les dernières lignes de l’épitaphe de Blandinia Martiola, morte à l’âge de 18 ans, Pompeius Catussa, son époux, exhorte les passants à se rendre aux thermes : « Passant, toi qui lis ces lignes, va te baigner dans les thermes d’Apollon, ce que je faisais si souvent avec ma femme et que j’aimerais tellement faire encore si c’était possible ». L’emplacement de cet édifice reste à découvrir.

Aller en haut de la page