Epitaphe d'un prêtre (sevir augustal) de Lyon

Autel

Datation :
Entre 2e siècle et 3e siècle

Matière :
calcaire dur (taillé , gravé )

Dimensions LxH :
Exterieures : l. 0,60m ; H. 1,40m

Date et lieu de découverte :
Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon / Lyon 5e / Saint-Irénée (1863)
soutient la voute de la tour ronde de Sainct Irégny (Paradin) au pied de la tour Notre-Dame, au chevet de l'ancienne église de Saint-Irénée, du côté du cimetière (De Boissieu) en 1863 dans la crypte de la chapelle de la Recluse (Martin-Daussigny)

N° inventaire :
AD152

Inscription :
épitaphe
traduction : Aux dieux Mânes de Quintus Ignius Silvinus, sévir augustal de Lyon ; Ignia Helpis à son co-affranchi excellent.

Traduction Allmer et Dissard

Bibliographie :
Corpus Inscriptionum Latinarum [CIL] - Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum latinae. 13 - Hirschfeld, Otto Musée de Lyon. Inscriptions antiques - Allmer, Auguste - Musée des beaux-arts - Lyon

Fiche technique ARK

Imprimer la notice

Description

On peut lire sur cet autel : « Aux dieux Mânes de Quintus Ignius Silvinus, sévir augustal de Lyon ; Ignia Helpis à son co-affranchi ».
Silvinus était un des six membres du collège des sévirs augustaux (abrégé par le chiffre IIIIII surmonté d’un trait), chargé du culte impérial municipal à Lyon. C’était un ancien esclave : Ignia Helpis, probablement sa compagne, qui a fait réaliser son tombeau, désigne le défunt comme son « co-affranchi ». Le fait qu’ils portent le même nom indique qu’ils étaient esclaves d’un même maître, qui les a tous deux affranchis et dont ils ont pris le nom.