Statuette

Datation :
2e siècle

Matière :
alliage cuivreux (coulé )

Dimensions LxH :
Exterieures : H. 8,5cm ; Pds 105g

Date et lieu de découverte :
Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon / Lyon 1er / Croix-Rousse
avant 1833

Description

Sucellus est un dieu gaulois qui a conservé son nom celtique après la conquête. Il est connu par de nombreuses représentations semblables à celle de cette statuette en bronze : un homme âgé, barbu, s’appuyant d’une main sur un maillet à long manche (ici disparu) et tenant de l’autre un petit pot (olla). Le dieu est généralement vêtu à la gauloise, avec une tunique formant de larges replis à la ceinture et un manteau. Sucellus est une figure complexe : dieu champêtre, protecteur des troupeaux et des récoltes, il est honoré également par les bûcherons et les tonneliers. L’olla (ou parfois un chaudron ou un tonnelet) qu’il porte évoque la richesse et la fertilité. Le maillet fait référence à son nom qui signifie « le bon frappeur ». Dans la mythologie celtique, ce maillet « n'est pas une arme de combat : elle tue les vivants par son simple contact et elle les ressuscite, mais dans l'autre monde. Sucellus est donc le dieu de la « bonne mort », (…) ou passeur des âmes analogue au Charon étrusque. Le folklore breton a gardé jusqu'au 19e siècle dans quelques cantons du Morbihan l'usage du mell benniget ou « maillet bénit » que l'on posait sur le front du mourant pour adoucir son agonie et lui faciliter le passage dans l'autre monde ». (Christian-Joseph Guyonvarch)

Description scientifique

Le dieu est vêtu d'un manteau (sagum) à manches longues, ouvert sur le devant et retenu par une ceinture nouée ; une agrafe apparaît sous l'encolure en V. des braies collantes semblent recouvrir les jambes. Il faut noter l'inversion du mouvement des bras par rapport à la majorité des figurines de Sucellus : c'est la main droite qui est levée et s'appuyait à la hampe du maillet, tandis que l'olla (pot) est tenue dans la main gauche. Le visage est majestueux, mais la chevelure et la barbe sont sommairement détaillées ; les mains sont trop grosses, les jambes trop courtes pour la longueur du buste. Le haut du sagum forme à droite un revers ; la ceinture est plus basse que sur la plupart des figurines connues, et au lieu d'être formée d'un simple lien, elle est composée d'une bande de tissu dont les pans se déploient sur l'abdomen.