Epitaphe mentionnant un esclave de la Société de l'impôt du Quarantième des Gaules

Plaque

Datation :
Entre 1er siècle et 3e siècle

Matière :
calcaire (taillé , gravé )

Dimensions LxH :
Exterieures : l. 0,33m ; E. 0,045m ; H. 0,415m

Date et lieu de découverte :
Europe / France / Auvergne-Rhône-Alpes / Rhône / Lyon / Lyon 5e / Fourvière (1864)
Trouvée le 23 février 1864 à la Favorite, quartier de Trion, sur le chemin du Pont-d'Alaï (Allmer et Dissard) ; A Saint-Irénée, terrain de la Favorite (Martin-Daussigny)

N° inventaire :
AD041

Inscription :
épitaphe
traduction : A Tiberius Julius Delus, Vitalis, esclave de la Société de l'impôt du Quarantième, et Amethystus, son affranchi.

Traduction Allmer et Dissard

Bibliographie :
Corpus Inscriptionum Latinarum [CIL] - Inscriptiones trium Galliarum et Germaniarum latinae. 13 - Hirschfeld, Otto Musée de Lyon. Inscriptions antiques - Allmer, Auguste - Musée des beaux-arts - Lyon

Fiche technique ARK

Imprimer la notice

Description

On peut lire sur cette plaque : « À Tiberius Iulius Delus, Vitalis, esclave de la Société de l’impôt du Quarantième, et Amethystus, son affranchi ».
Le Quarantième des Gaules (quadragesima Galliarum) était un impôt douanier qui frappait toutes les marchandises entrant dans les provinces gauloises et les taxaient à hauteur de 2,5 % de leur valeur. Une compagnie privée, la Société des fermiers du Quarantième des Gaules, avait la charge de la perception sur tout le territoire, notamment dans les ports et les lieux de passage, tandis qu’un bureau central se trouvait à Lyon. C’est là que Tiberius Iulius Delus devait travailler, avec Vitalis, esclave appartenant à la Société et Amesthystus, un affranchi, ancien esclave de Delus.

Description scientifique

Plaque bordée d'une moulure encadrant l'inscription